Dans le cadre d’un travail physique, les mauvaises postures et les charges peuvent nuire à la santé et entraîner des arrêts de travail. Dans un but de prévention, Coop met en œuvre dans ses centres de production un vaste programme d’ergonomie développé avec SWICA.

Un travail conforme aux principes de l’ergonomie est indispensable pour préserver la santé et soutenir les performances du personnel. Les efforts physiques excessifs fournis pour soulever, porter, tirer ou pousser des charges ainsi que les sollicitations monotones, répétitives et statiques comptent parmi les causes les plus fréquentes de troubles de l’appareil locomoteur. Ensemble, ces deux facteurs occasionnent, d’après les estimations de la Suva, un tiers des journées d’absence de membres du personnel.

L’ergonomie au poste de travail comme objectif annuel

C’est pourquoi les employeurs conscients de leurs responsabilités investissent dans des postes de travail et des processus aménagés de façon ergonomique ainsi que dans la formation du personnel. Au sein de l’entreprise de commerce de détail Coop Suisse, l’ergonomie est prise très au sérieux. Depuis une dizaine d’années, le groupe qui compte plus de 50 000 collaborateurs et collaboratrices dans toute la Suisse gère un système de gestion de la santé en entreprise. En collaboration avec l’assureur-maladie et prestataire de services de GSE SWICA, il a développé un programme d’ergonomie différencié, baptisé «ErgoFIT», qui accompagne depuis 2021 les collaborateurs et collaboratrices ainsi que leurs supérieur(e)s hiérarchiques pendant plusieurs mois et dont la réalisation fait même parfois partie des objectifs annuels.

Lors de la phase initiale, une centaine de membres du personnel souffrant de problèmes de santé imputables à des défauts d’ergonomie ont été interrogés individuellement. Quels étaient leurs symptômes et quelles restrictions en découlaient pour eux? Le conseil personnalisé comprenait notamment l’apprentissage d’exercices de compensation, la mise en place d’un petit programme d’entraînement et la recommandation de mesures physiques simples ou d’accessoires comme l’utilisation d’un tapis d’équilibre. Dans les cas les plus sérieux, un contact a par ailleurs été établi avec le Care Management afin de garantir la continuité du suivi. Le poste de travail a ensuite été analysé: quels mouvements l’activité impose-t-elle? Est-il par exemple souvent nécessaire de travailler avec les bras en hauteur au-dessus de la tête? Et, conséquence logique: est-il possible d’adapter le poste de travail ou d’améliorer l’organisation du travail?

Former les supérieur(e)s hiérarchiques pour en faire des «promoteurs» qualifiés

La troisième phase actuellement en cours est une étape d’évaluation et d’étude de cas avec les supérieur(e)s hiérarchiques, les responsables des ressources humaines et les responsables d’exploitation: en plus des améliorations individuelles des postes de travail, des mesures sont-elles nécessaires à l’échelle de l’entreprise? La partie pratique est constituée d’une sorte de parcours comportant quatre stations où les personnes exerçant des fonctions dirigeantes sont formées aux principes de l’ergonomie. Elles transmettront ensuite ces connaissances, remplissant ainsi un rôle de «promoteur», et observeront leur équipe en donnant des instructions si nécessaire.

Parmi les outils, on retrouve une série de vidéos réalisées par SWICA dans les centres de production Coop de Pratteln et Schafisheim. Elles montrent des décompositions de mouvements ergonomiques, par exemple la façon de répartir une charge afin d’éviter les sollicitations unilatérales. L’utilisation de vidéos en complément de dépliants ou d’affiches s’explique notamment par le fait que des personnes de 40 nationalités travaillent dans les centres logistiques et de production, ce qui complique la communication écrite. Les vidéos permettent de diffuser les messages auprès du plus grand nombre et avec un effet durable. «Le plus important est le transfert des connaissances dans la pratique. Nous recevons pour cela un soutien optimal de la part de la gestion de la prévention SWICA. Et nous continuons de développer ce programme ensemble», annonce Patrick Weibel, responsable de la gestion de la santé en entreprise chez Coop.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.