Matthias Engels est chargé de tester le nouveau système de vérification des factures de SWICA. Il peut compter pour cela sur sa pensée analytique et focalisée. Des aptitudes qui sont plus développées chez lui que chez les autres. Matthias Engels est atteint du syndrome d’Asperger.

Chaque année, SWICA vérifie quelque dix millions de décomptes de prestations. L’Organisation de santé se sert pour cela d’un logiciel. Un nouveau système est actuellement mis en place. Matthias Engels est chargé de vérifier le système et d’identifier les divergences qui existent par rapport à l’ancien système. Ce travail fait appel à la pensée analytique, logique et focalisée et implique beaucoup de chiffres. Pour les profanes, ces compétences font partie du quotidien des informaticiens. Mais Matthias Engels n’est pas un informaticien comme les autres. Il est atteint du syndrome d’Asperger.

Un collaborateur idéal pour ce poste

«Les personnes comme moi peuvent rester concentrées pendant une durée prolongée», explique Matthias Engels. «Nous sommes capables de nous atteler avec acharnement à une tâche qui nous intéresse et devenons de véritables spécialistes en la matière.» Son faible pour les détails fait de lui le collaborateur idéal pour ce poste chez SWICA. «Lorsque je vois un problème, je veux en identifier la cause et trouver une solution. Je ne lâche pas tant que je n’ai pas trouvé», affirme le jeune homme de 25 ans.

Matthias Engels a suivi un apprentissage en informatique et est titulaire d’un certificat fédéral de capacité. Il a déjà travaillé dans la technique des systèmes et dans des projets logiciels. De la mi-octobre 2019 à mai 2020, il intervient chez SWICA dans le cadre du projet «eClaimPlus». Il est employé auprès de la filiale suisse de la société auticon qui fournit des conseils en informatique dans le monde entier. Cette société emploie exclusivement des personnes présentant des troubles du spectre autistique, qui interviennent comme consultants.

Une décision qui a payé

«Les personnes employées par la société auticon disposent de compétences recherchées pour le projet «eClaimPlus», le nouveau système de vérification des factures en cours d’introduction», explique Daniel Rochat, membre du comité de direction de SWICA.

Dennis Behne, responsable de l’équipe Gestion des projets et des processus chez SWICA, encadre Matthias Engels. Lorsque le jeune homme lui a été présenté, il n’a pas hésité à le prendre dans son équipe. «J’ai tout de suite su que ça allait marcher.»

Au final, Dennis Behne est plus que satisfait de sa décision. «Sur le plan humain, Matthias est parfaitement intégré dans l’équipe. Sur le plan technique, il est un atout incroyable», se réjouit-il. «C’est en plus un collaborateur autonome qui n’a presque pas besoin d’être encadré. Je lui confie une tâche ou lui pose une question et il s’en occupe jusqu’à ce qu’il ait trouvé une solution», ajoute Dennis Behne en riant. «Je devrais peut-être chercher davantage de contact avec lui.» Matthias Engels n’est pas de cet avis. «Je peux demander. Et puis, les pauses café me donnent l’occasion d’échanger avec l’équipe.»

La concentration avant tout

Dans la conversation, on ne remarque pas que Matthias Engels ne ressemble pas en tout point au collaborateur lambda. «Je suis parfois étrange mais j’ai appris à me contenir.» Pour lui, les séances doivent s’en tenir au concret sans dévier du sujet. Il n’aime pas perdre son temps à des broutilles. Il s’en tient aux faits, en vient au sujet, et ce très vite. Vif d’esprit, il sait jongler avec les chiffres et profiter du temps qu’il passe chez SWICA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *