La société Phoenix Mecano Komponenten AG sise à Stein am Rhein a introduit début 2019 une gestion de la santé en entreprise avec l’aide de SWICA. Depuis, le nombre d’absences pour cause de maladie de longue durée et de courte durée a considérablement diminué. La sensibilisation de l’ensemble du personnel aux questions de santé a par ailleurs augmenté.

Selon l’Office fédéral de la statistique, les absences coûtent en moyenne 1100 francs par jour aux entreprises. Les absences pour cause de maladie (notamment celles de longue durée) représentent un défi de taille pour une PME de 130 collaborateurs. Chez Phoenix Mecano Komponenten AG, non seulement plusieurs collaborateurs étaient en congé maladie de longue durée, mais les résultats de l’analyse du stress au travail étaient également préoccupants.

Un investissement dans la prévention

«Le bien-être du personnel a toujours revêtu une grande importance aux yeux de Michael Jahn et Werner Schmid, membres de la direction de Phoenix Mecano Komponenten AG», explique Barbara Behtan, responsable RH. Les structures nécessaires nous faisaient cependant défaut. «Nous n’avions ni système de prévention ni système de gestion des absences. Notre organisation n’était pas suffisamment sensibilisée aux points auxquels il faut être attentif en matière de prévention de la santé des collaborateurs. Lorsqu’une personne tombait malade, la maladie était déjà à un stade avancé.» Fin 2018, la société a décidé d’investir dans une GSE et sollicité SWICA pour l’élaboration d’un projet.

La GSE appliquée à tous, de l’apprenti au CEO

Dix-huit mois plus tard environ, la PME a accompli des progrès exemplaires en matière de GSE. Des mesures de promotion de la santé ont été introduites étape par étape avec l’aide de l’équipe GSE de SWICA. Barbara Behtan évalue régulièrement les absences enregistrées et examine les cas où celles-ci s’accumulent. Elle coordonne également les entretiens de retour dans les différents services. La communication aux collaborateurs des métiers techniques et commerciaux s’effectue via différents canaux tels que les e-mails, des notes au niveau de la pointeuse, une information sur le bulletin de salaire, ou oralement via les supérieurs hiérarchiques. Chaque personne doit notamment pouvoir être informée de la tenue d’une conférence sur une question de santé. «Quatre-vingt-dix collaborateurs sur 130 ont assisté à la dernière conférence sur le sommeil», se réjouit Barbara Behtan.

Les cadres sont formés par des spécialistes SWICA à la gestion des absences et à la conduite des entretiens pour être mieux à même d’identifier les signaux d’alerte au sein de leur équipe. Les valeurs clairement définies de l’entreprise, les principes directeurs, la participation obligatoire à un événement d’équipe ou l’introduction du cadeau d’anniversaire comme gage de reconnaissance de la valeur de chacun contribuent à l’amélioration du bien-être des collaborateurs. La responsable RH le sait bien: une composante psychique est souvent la source de problèmes physiques.

Le cercle de santé comme instrument démocratique

Le cercle de santé interne fonctionne lui aussi très bien. «Les collaborateurs apprécient d’avoir droit à la parole et communiquent sur de nombreux aspects auxquels la direction prête une oreille attentive. Souvent, ils abordent des thèmes que nous avons déjà en ligne de mire», explique Barbara Behtan. Ce cercle va d’ailleurs être institutionnalisé. Une dizaine de personnes issues des différents services se réunissent régulièrement, puis échangent tous les deux ou trois mois avec la responsable RH et le CEO Werner Schmid. L’ergonomie des postes de travail et la mise à disposition de postes Intranet accessibles à tous font partie d’autres projets en cours. Barbara Behtan: «Nous devons poursuivre cette voie. C’est la volonté de tous.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *