La crise du coronavirus, qui dure maintenant depuis plus d’un an, a aussi soulevé de nombreuses questions parmi les entreprises clientes: qu’est-ce qui est assuré, qu’est-ce qui ne l’est pas? Voici quelques réponses aux questions qui sont souvent posées à SWICA sur ce thème.

Depuis plus de 15 mois, il règne une forme d’état d’urgence en raison de la pandémie de coronavirus. Pour la clientèle privée comme pour les entreprises clientes, de nombreuses questions à éclaircir se posent. Adrian Schwerzmann, responsable de service Gestion des prestations, dit à ce sujet: «Au début de la pandémie, nous recevions de nombreuses questions de la part d’entreprises assurées. La plupart concernaient la situation d’assurance des collaborateurs ne présentant pas de symptômes mais devant malgré tout se mettre en quarantaine.» Afin de résoudre rapidement ces interrogations, les questions les plus fréquentes ainsi que leurs réponses ont été publiées sur swica.ch, avec de nombreuses autres informations utiles au sujet du COVID-19.

Prise en charge des coûts en cas d’infection, de maladie, de quarantaine?

Comme tous les assureurs en Suisse, SWICA dispose d’un mandat de prestations et de directives clairs pour sa gestion du COVID-19 en tant que maladie, que ce soit pour une personne privée ou pour une entreprise.  Pour les entreprises clientes, la règle suivante s’applique: lorsque les collaborateurs sont malades, le droit aux prestations d’indemnités journalières existe. Concrètement, cela s’applique en cas de symptômes correspondant à ceux du coronavirus (COVID-19), de symptômes qui leur sont similaires ou si la contraction de la maladie est confirmée, dans la mesure où un certificat d’incapacité de travail est délivré par un médecin.

Par contre, il n’existe aucun droit aux prestations si les collaborateurs doivent être mis en quarantaine sur ordre des autorités ou de l’entreprise. Dans ces cas, les collaborateurs ne sont pas considérés comme malades ou incapables de travailler.

Les éventuelles indemnités pour perte de gain passent par les caisses de compensation AVS. Plus d’informations sur les conditions, l’inscription et le remboursement.

Maladie professionnelle COVID-19

En plus des prestations d‘indemnités journalières maladie pour les collaborateurs ayant contracté le COVID-19 et dont les symptômes durent une à deux semaines ou chez qui l’évolution de la maladie est grave, de plus en plus de prestations ont été sollicitées dans le cadre de la loi sur l’assurance-accidents (LAA) chez SWICA depuis le début la pandémie. La raison: un grand nombre d’hôpitaux, de cabinets médicaux, d’établissements médico-sociaux ou d’autres institutions médicales sont assurés chez SWICA. Les personnes travaillant dans ces institutions sont, en raison de leur profession, souvent touchées par le virus et placées en arrêt maladie. Lorsque l’infection est contractée sur le lieu de travail par un membre du personnel de la santé, il peut s’agir d’une maladie professionnelle. La prise en charge des cas de prestations est ensuite contrôlée dans chaque cas par l’assurance-accidents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.