L’action nationale bike to work se déroule habituellement au printemps. En raison du confinement lié à l’épidémie de coronavirus, elle a été cette année décalée à l’automne. Le projet n’en a pas moins remporté un grand succès.

Parmi les nombreuses mesures de gestion de la santé en entreprise (GSE), SWICA invite ses collaborateurs à participer au projet national bike to work de son partenaire collectif Pro Velo Suisse et prend en charge l’ensemble des coûts liés à l’opération (voir vidéo). Outre l’esprit d’équipe, ce projet favorise l’entretien de la condition physique et vise à inciter les collaborateurs à intégrer durablement plus d’exercice dans leur quotidien. Le challenge est ouvert à tous ceux qui font du vélo. Les équipes comptant quatre membres, elles peuvent accueillir également des personnes qui n’ont pas l’habitude de parcourir beaucoup de kilomètres.

L’objectif est de totaliser le plus de trajets domicile-travail possible à vélo. Les distances parcourues sont enregistrées dans un calendrier en ligne. Le fait d’accéder au classement des équipes est motivant et incite à avaler encore plus de kilomètres.

Faire du vélo présente de nombreux avantages

bike to work ne produit pas son effet positif pendant les mois de l’action uniquement. «Grâce à ce challenge, les participants prennent conscience des bienfaits de l’exercice physique et en viennent à modifier leurs habitudes de mobilité. Ils sont nombreux à continuer d’aller au travail en vélo après la fin de l’action», explique Claudia Bucher, responsable de Corporate Communications et Fundraising chez Pro Velo Suisse. L’un des grands avantages du vélo est qu’il peut se pratiquer partout et à tout moment. Il ménage les articulations, améliore l’équilibre et renforce le système cardiovasculaire.

Une année de premières

L’opération se déroule habituellement sur les mois de mai et juin. En 2020, il y a eu plusieurs premières. En raison du confinement au printemps, il a été décidé de reporter l’action en septembre et octobre. Les années précédentes, les participants avaient facilement pu continuer à faire du vélo pendant l’été. Nous verrons cette année dans quelle mesure ils poursuivront leurs efforts durant les mois d’hiver.

Pour la première fois, les collaborateurs en home office étaient cette année autorisés à participer. Comme ils n’avaient pas de trajet à effectuer jusqu’à leur lieu de travail, ils pouvaient comptabiliser les kilomètres parcourus à titre privé. Un participant à pied, en trottinette, en skateboard ou en vélo électrique était par ailleurs admis par équipe. Enfin, la combinaison transports publics/vélo ou vélo/voiture était autorisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.