L’entreprise Geobrugg AG est leader dans le développement et la production de systèmes de protection : elle propose des filets en acier extrêmement résistants et les prestations de service correspondantes, qui protègent des dangers naturels. Quant aux collaborateurs, ils reçoivent la meilleure protection possible contre les risques pour la santé.

Avec 142 collaborateurs en Suisse, Geobrugg AG n’est pas particulièrement grosse, mais n’est pas petite non plus. Une atmosphère familière règne cependant au sein de l’entreprise, notamment grâce à la culture du tutoiement, qui implique les apprentis aussi bien que le CEO. Les efforts mis en œuvre par le comité de direction afin de protéger et de soutenir la santé de ses employés, supérieurs à la moyenne, jouent également un rôle important dans ce sens.

Par le passé déjà, différents efforts préventifs ont été entrepris afin d’organiser le travail dans la production et dans les bureaux de manière aussi sûre et respectueuse de la santé que possible: «Nous avons mis en place des contrôles de santé volontaires réguliers, une vaccination antigrippale en entreprise annuelle, des mesures ergonomiques (par exemple des bureaux réglables en hauteur) et des examens du SECO pour les collaborateurs ayant un service de nuit», rapporte Andrea Hablützel, Manager RH. En tant qu’assureur IJM, SWICA a pu apporter son savoir et son soutien là où cela était nécessaire.

Inciter les collaborateurs à participer

Ce printemps, la promotion de la santé a reçu son propre nom: le programme de santé du Brugg Group s’appelle désormais officiellement «Brugg Balance». «Nous voulions créer notre propre label afin de rendre le processus plus concret. Nous avions déjà réalisé beaucoup, mais ces éléments n’étaient pas considérés comme un ensemble», ajoute Andrea Hablützel. Les collaborateurs ont visiblement réagi de manière positive. Le fait que chacun ait son mot à dire est particulièrement important: des idées arrivent sans cesse de la part des collaborateurs, que cela soit par e-mail, par téléphone ou lors des pauses communes.

De nombreuses propositions sont ainsi parvenues pour améliorer les conditions de travail, notamment dans la production.  C’est ainsi qu’une construction spéciale, permettant de rehausser les contre-fiches en métal, a par exemple été installée dans le hall de montage. Les collaborateurs ne sont ainsi plus contraints de se pencher en permanence, ce qui leur épargne des problèmes de dos. Les «lean days», qui ont lieu chaque mois et au cours desquels toute l’entreprise cherche ensemble à trouver des idées pour améliorer les processus, sont aussi productifs.

Sécurité, santé, aide

Éviter les risques, préserver la santé, aider en cas de problème – «Brugg Balance» couvre les domaines de la gestion de la santé en entreprise (BGE) de manière mesurée. Il n’est pas encore possible de quantifier exactement l’influence des efforts sur les absences. La pandémie de coronavirus, qui a entraîné des problèmes qui lui sont propres, a bouleversé les statistiques, précise la responsable RH. Le workshop sur la gestion des absences, mené avec SWICA en 2019 déjà, a par ailleurs montré des effets avant même la création de «Brugg Balance». L’exposé donné à un groupe ciblé par Martina Ruoss, experte SWICA en GSE, au sujet du travail de nuit, constitue une mesure supplémentaire déjà mise en place. Elle a démontré comment il est possible de trouver un équilibre sain malgré une pression exercée à plusieurs niveaux. D’autres activités sont prévues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.