La première enquête adressée à de nombreuses entreprises a permis à SWICA et à la Haute école spécialisée bernoise de collecter des données parlantes pour leur étude sur le présentéisme. Nous allons maintenant nous en inspirer pour prendre des mesures qui seront disponibles au premier trimestre 2023.

Dans le cadre d’une vaste étude, SWICA étudie avec la Haute école spécialisée bernoise les raisons et l’impact du présentéisme. Le présentéisme – travailler alors qu’il serait préférable de ne pas le faire du point de vue médical en raison de son état de santé – a augmenté ces dernières années. Les conséquences sont considérables: le présentéisme entraîne une non-productivité trois fois plus importante que l’absentéisme et donc des pertes de productivité. Outre le risque de prolongation de la maladie (chronicisation et période de traitement prolongée) et le risque d’infection des collègues en cas de maladie contagieuse, augmente, pour la personne malade, le risque d’être ensuite absente plus longtemps pour cause de maladie. Résultat: une augmentation du versement d’indemnités journalières maladie. Selon les estimations, deux tiers des frais de maladie à la charge des entreprises sont occasionnés par le présentéisme.

Projet d’enquête sur le présentéisme en Suisse

Afin de contrer cette évolution malsaine et de générer un avantage pour toutes les parties concernées (personne active, employeur et assurance), SWICA et la Haute école spécialisée bernoise mènent une enquête appelée «Occupational Health Management and Presenteeism among Swiss employees». Dans le courant de l’année 2022, une première enquête a été réalisée auprès du personnel de nombreuses entreprises participantes pour connaître les causes du présentéisme. Les collaborateurs de SWICA ont bien entendu eux aussi eu l’occasion de s’exprimer. Depuis fin septembre 2022, la première enquête est terminée dans toutes les entreprises participantes.

Trois modules aux accents différents

Les données, associées aux résultats de la littérature actuelle pertinente sur le sujet et à l’expertise des collaborateurs HR de SWICA, de la Haute école spécialisée bernoise et d’autres entreprises, ont permis d’ébaucher de premières solutions. Trois modules sont en cours d’élaboration sur les thèmes «Culture d’organisation», «Sensibilisation au présentéisme» et «Maladies de l’appareil locomoteur»; ils seront proposés à l’ensemble du personnel des entreprises participantes sous forme d’e-learnings. Il faudra environ 60 minutes (20 minutes chacun) pour les parcourir. En outre, les participants qui ont répondu à la première enquête recevront une recommandation basée sur leurs résultats quant au module le plus judicieux dans leur cas.

Autre enquête prévue au printemps ou à l’été 2023

En plus d’étudier la situation actuelle, l’objectif de l’étude est également d’évaluer l’influence des interventions (p. ex. des e-learnings). C’est pourquoi une nouvelle enquête sera menée au printemps ou à l’été 2023 dans toutes les entreprises pour connaître la situation actuelle en matière de présentéisme et la comparer avec les résultats de l’enquête de l’été 2022. Les entreprises participantes recevront ces différentes analyses, un rapport final et si possible un benchmarking.

2 thoughts on “Le présentéisme, un mal plus grand que l’absentéisme”

  1. Un Happiness management à instaurer dans toutes les entreprises permettrait d’éviter un bon nombre de presentéisme, à savoir un manager proche de ses collaborateurs, à son écoute sincère et orienté solutions plutôt qu’un management déshumanisé. Commençons par la formation continue des managers dans cette direction et nous serons tous gagnants à terme

    1. Bonjour Philippe et pardon pour la réponse retardée! Je suis tout à fait d’accord avec toi! espérons, que le développement futur des ressources humaines ira dans cette direction. moi, je quitte SWICA…. Cordialement, Martina

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *