Le secteur des TIC avait un problème: nombre d’entreprises n’avaient pas les moyens de souscrire des assurances telles que l’assurance d’indemnités journalières maladie, voire de s’assurer tout court. L’association swissICT a trouvé une solution de branche. SWICA y offre des assurances d’indemnités journalières maladie.

Un secteur très recherché, des emplois bien payés, 2000 créations d’entreprises par an: on pourrait croire que tout va pour le mieux. En matière d’assurance cependant, tout n’est pas rose dans les entreprises des TIC. «Les bonnes solutions coûtent cher, beaucoup trop cher. Pour les start-ups et les petites entreprises, certains produits sont carrément inaccessibles», déclare Christian Hunziker, directeur de swissICT, la plus grande association professionnelle du secteur des TIC en Suisse. «Beaucoup de chefs d’entreprise ont pris des risques et ne sont pas assurés.» Cela concerne surtout les domaines de l’indemnité journalière maladie et de la prévoyance. «Nous avons souvent entendu: pour moi, cela n’est pas rentable», souligne Christian Hunziker.

C’est ce qui a amené swissICT à rechercher des solutions en collaboration avec l’organisation partenaire swiss made software.

L’union fait la force

La résolution du problème passe par l’achat groupé avec des entreprises de la branche. «Même si elles sont petites, la pléthore d’entreprises rend l’ensemble du secteur extrêmement attrayant», affirme Christian Hunziker. Les conditions de la solution d’assurance ont été négociées par le courtier esurance, qui gère une plateforme d’assurance numérique.

SWICA est de la partie en tant que leader des assurances d’indemnités journalières maladie en Suisse. D’ailleurs, SWICA a déjà acquis de l’expérience dans le domaine des solutions sectorielles, puisqu’on lui doit le lancement réussi, avec le concours d’esurance, d’une solution destinée à l’hôtellerie-restauration.

S’assurer, une démarche aisée

L’avantage d’une telle solution est que les assurances sont désormais à la portée des entreprises du secteur des TIC et que celles-ci peuvent donc s’assurer. Grâce à esurance, conclure une assurance est de surcroît devenu très simple. Bien que cala puisse sembler paradoxal à première vue, esurance a fait de cette simplification son cheval de bataille. En effet: «Malgré la complexité des assurances, notre but est de rendre les processus les plus transparents possible aux entreprises, de tout expliquer dans un langage clair et de leur épargner les formalités administratives», souligne Andri Mengiardi, CEO de esurance. «Chez nous, les assurances peuvent être conclues en ligne, très simplement, en quelques clics.» L’offre est réservée aux membres de swissICT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *