Les personnes exerçant des fonctions dirigeantes sont sollicitées davantage lorsque les temps sont difficiles. Au cours des ateliers de SWICA, les forces dirigeantes de l’entreprise d’électricité du canton de Schaffhouse ont appris à gérer les situations de crise en répondant aux besoins de toutes et tous.

«Conduite du changement et santé»: c’est ainsi que s’intitule l’offre de la gestion de la prévention de SWICA dans le cadre de la gestion de la santé en entreprise GSE. L’entreprise d’électricité du canton de Schaffhouse (Elektrizitätswerk des Kantons Schaffhausen EKS) et son équipe de personnes exerçant des fonctions dirigeantes ont déjà appliqué avec succès trois des quatre modules consacrés à ce thème.

Les changements, lorsqu’ils sont importants et fréquents, génèrent souvent du stress, à la fois auprès des supérieures et supérieurs hiérarchiques et des collaboratrices et collaborateurs. Si trop peu d’importance est accordée au stress, les contraintes excessives peuvent engendrer des absences et des maladies. Objectif des mesures de formation continue pour le management: apprendre à faire face aux changements de façon consciente. Certains changements sont planifiés longtemps à l’avance et implémentés étape par étape. Mais que se passe-t-il lorsqu’une pandémie arrive soudainement? Il incombe alors aux personnes exerçant des fonctions dirigeantes au sein des entreprises de mener leurs collaboratrices et collaborateurs à travers la crise autant que possible sans dommages.

L’entreprise d’électricité du canton de Schaffhouse (EKS) a mis en place un système de gestion de la santé en entreprise dès 2019, en collaboration avec SWICA, sur la base d’une «Job Stress Analysis». Les mesures de GSE, telles que le cockpit GSE, le cercle de santé et, bien entendu, la formation des personnes dirigeantes, étaient donc déjà planifiées avant le confinement au printemps 2020. Le changement interne à l’entreprise, à savoir un nouveau système SAP, était au cœur de ces mesures.

Après quelques adaptations, mise en œuvre réussie

Une partie des mesures a dû être reportée en raison de la pandémie de coronavirus, notamment en matière d’ergonomie. Sur quatre ateliers prévus de la série «Conduite saine», trois ont malgré tout pu avoir lieu avant la fin de l’année 2021: Résilience, Prévention du burn-out et Conduite correcte. Malgré le régime strict de télétravail, 13 personnes exerçant des fonctions dirigeantes ont participé à chacun des ateliers d’une demi-journée; bien entendu dans le respect absolu des règles imposées par la crise de coronavirus. Le programme a été taillé sur mesure pour l’entreprise d’électricité, qui compte environ cent collaboratrices et collaborateurs répartis sur divers sites. Une moitié d’entre eux occupe des postes administratifs et l’autre moitié, des postes techniques. Grâce à l’interaction de l’ensemble des participantes et participants, l’accent était mis notamment sur le déroulement idéal des entretiens de santé pour permettre aux supérieures et supérieurs hiérarchiques d’identifier le plus tôt possible les problèmes auxquels leurs collaboratrices et collaborateurs sont confrontés. Cette mission centrale de la conduite est d’autant plus difficile lorsqu’il faut travailler à distance.

Juliane Huber, responsable de la communication d’entreprise et Corporate Social Responsibility d’EKS, tire un bilan positif des ateliers: «Les participantes et participants ont appris, durant ces ateliers, qu’il est très important de renforcer la conscience de la santé, à la fois pour soi et en interaction avec les collègues. Les exercices interactifs en particulier ont contribué à rendre les thèmes vivants et palpables. Les discussions au sein du groupe ont montré que nous sommes tous dans le même bateau et que nous pouvons nous soutenir mutuellement. Trouver le temps pour les ateliers dans le quotidien de l’entreprise n’a pas été facile pour tout le monde, mais rien que l’échange entre collègues en a absolument valu la peine.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.