De nos jours, le travail de femme de chambre reste encore essentiellement physique, même à l’ère du numérique. Le personnel d’étage, pour reprendre la désignation aujourd’hui consacrée, malmène et sollicite excessivement le dos ce qui peut provoquer par exemple des hernies discales.

Les mêmes tâches se répètent chambre après chambre: passer la serpillière dans la salle de bain, laver et astiquer le lavabo et la douche, aspirer la poussière dans la chambre et changer les draps. Le personnel d’étage travaille la plupart du temps en parfaite autonomie, c’est pourquoi des mouvements mal exécutés restent souvent longtemps ignorés. De faux mouvements sans cesse reproduis finissent par avoir des répercussions à long terme sur le dos et sur tout l’appareil locomoteur qui est incapable de récupérer de ces efforts répétés mal répartis et excessifs. Peuvent s’en suivre des hernies discales, des raideurs dans la nuque ou des tendinites, pour ne citer que ces pathologies. En Suisse, un tiers des arrêts de travail provient de douleurs physiques au niveau de l’appareil locomoteur.

Les bons gestes pour rester en forme et performant au travail

Dans le cadre de la Gestion de la santé en entreprise (GSE), l’association des hôteliers zurichois (Zürcher Hotelier-Verein) propose un atelier annuel à ses membres. Sigi Gübeli, responsable de la GSE auprès de la ZHV, fournit quelques explications: «Cet atelier placé sous le signe de l’ergonomie s’adresse avant tout aux collaborateurs qui doivent soulever, porter, tirer ou pousser des charges toute la journée. Nous donnons aux participants de précieux conseils à appliquer au quotidien afin d’améliorer leurs performances et de maintenir leur santé physique sur la durée. Dès que le personnel d’étage se met à adopter des gestes appropriés pour sa santé, il gagne en motivation et, à moyenne échéance, tend à moins s’absenter au travail.»

Dans un bref exposé, le spécialiste SWICA en Ergonomie introduit le thème de l’ergonomie et explique les raisons pour lesquelles une posture corporelle adéquate n’est pas seulement sensée mais nécessaire. Durant la formation qui s’en suit, il s’appuie sur un reportage photo pour montrer les mouvements répétés au quotidien qui peuvent engendrer des détériorations de l’appareil locomoteur sur le long terme. Il explique aussi les bons gestes du point de vue ergonomique. A titre d’exemple, les participants peuvent également aborder leur cas personnel pour lequel le spécialiste apportera des optimisations possibles. Ces échanges aideront les participants à prendre conscience qu’il existe des automatismes plus agréables et meilleurs pour leur santé. Des améliorations possibles résident surtout dans les situations suivantes:

Optimiser le travail en position voutée

Dans le jargon professionnel, on parle de raccourcissement du radius. Toute personne qui se penche en avant de manière répétée avec le dos arrondi finit par trop solliciter ses disques intervertébraux. Pour améliorer ses mouvements, il suffit de s’agenouiller et d’appuyer au moins un bras sur une cuisse. Ces gestes peuvent être alternés avec le bras droit et le bras gauche en fonction de la force nécessaire au bras qui n’est pas sollicité.

Se tenir debout en position stable

On perd plus difficilement l’équilibre quand on se tient debout les jambes légèrement écartées. Ce sont en effet dans les jambes que les groupes de muscles les plus robustes se trouvent en général. Une meilleure stabilité est assurée par des chaussures solides comme des chaussures de sport de bonne qualité.

Détendre et soulager

Le spécialiste en ergonomie prodigue en outre de précieux conseils de relaxation et montre quelques exercices pour se soulager. Les efforts mal répartis peuvent être corrigés par des exercices de récupération réguliers qui consistent par exemple à étirer et incliner le dos, faire des rotations du dos et à lever et baisser les épaules. Ces exercices peuvent être régulièrement effectués pendant les pauses ou même le travail. Réalisés plusieurs fois par jour à raison de cinq à dix répétitions, ces exercices apportent davantage qu’une longue séance d’entraînement par semaine.

L’objectif de l’ergonomie est de créer des interactions entre l’individu et son environnement de travail tout en aménageant des conditions de travail favorables à la santé. Cet objectif passe par une approche globale qui englobe plusieurs aspects: une bonne exécution des mouvements, des exercices de récupération réguliers mais aussi une attitude positive des collaborateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *